ma biographie 

pour me contacter

  • Dominique Paillé sur facebook

pour me suivre

  • Dominique Paillé linkedin

suivre mes posts

Pas touche à la loi de 1905

A l’approche de l’anniversaire de la loi du 9 décembre 1905 et au moment où le gouvernement évoque la possibilité d’en modifier son contenu, il me semble urgent de rappeler haut et fort que ce texte est le garant de la laïcité et donc la pierre angulaire de notre construction Républicaine.

 

La laïcité est un concept singulièrement français. Sans doute. Mais elle est à la base de notre construction sociale, elle est un fondement de notre régime de solidarité, qui est sans égal, et qui nous est envié par beaucoup hors de nos frontières.

 

La loi de 1905 garantit à chacun la liberté de conscience et celle de sa pratique religieuse, mais elle la cantonne à la sphère privée. Elle est donc par conséquent l’outil indispensable du maintien de l’égalité de nos concitoyens dans la sphère publique et donc politique, le ciment incontestable, à travers cette égalité, de l’unité nationale. Elle assure la cohésion sociale en garantissant qu’aucune décision publique ne soit influencée par des opinions ou institutions religieuses, mais en permettant également que l’espace public ou l’entreprise soit préservé de tout prosélytisme et de toute intolérance.

 

Il n’existe aucun autre principe qui garantisse mieux la paix civile, la tolérance, la réalité de l’égalité homme femme et l’évolution de la société notamment dans l’attribution de nouvelles libertés ou droits individuels.

 

A l’inverse le communautarisme par le fractionnement sociétal qu’il engendre, la compétition qu’il suscite entre groupes, notamment religieux, est un facteur d’intolérance, d’instabilité sociale et peut conduire à la désagrégation de notre société ?

 

Notre Président de la République est d’une totale ambiguïté sur le sujet de la laïcité et du communautarisme. Ses critiques de la laïcité sont en effet régulières et il les formule de manière récurrente devant les représentants des cultes, que ce soit en décembre 2017 quant à l’Élysée il appelle à une vigilance accrue face la radicalisation de la laïcité ou quelques semaines au préalable, quand il demande à ses interlocuteurs de la fédération protestante de France de demeurer les « vigies de la République ». Cette année encore, en avril, au Collège des Bernardins, il a évoqué sans référence ou argument à l’appui, le lien qui se serait abimé entre l’Église et l’État !

 

La volonté du gouvernement de modifier la loi de 1905 s’inscrit donc dans ce halo de doutes et d’interrogations sur la position du chef de l’État sur la laïcité. Certes il est tout à fait concevable, comme il le dit lui-même que l’individu puisse avoir besoin de transcendance. Il ne faut pas oublier cependant que notre pays est parmi les moins religieux de la planète, presque 60% de sa population se déclare soit athée, soit non religieuse.

 

Cette situation et ces propos sont inquiétants. Ils ne peuvent que conduire les défenseurs de la laïcité à dire très clairement qu’il ne saurait être question de modifier la loi du 9 décembre 1905. Il n’y a aujourd’hui aucune raison valable pour le faire.

 

La surveillance du financement des mosquées n’a nul besoin de textes législatifs complémentaires, l’agrément des associations cultuelles musulmanes n’apportera rien de plus à la situation actuelle, si ce n’est la possibilité d’obtenir des subventions publiques. L’important aujourd’hui c’est à la fois de s’assurer que les prêches dans les mosquées et les salles de prières sont bien réalisés en français et de veiller à ce que leur contenu ne transgresse pas les principes de la République et soit bien conforme à ses lois.

 

Emmanuel Macron sur un certain nombre de sujets a déjà joué aux apprentis sorciers. Celui-ci n’est pas de ceux avec lesquels on peut plaisanter quand on a la responsabilité du pays. Une loi qui a tenu plus d’un siècle et qui recueille autant de soutiens que celle du 9 décembre 1905 mérite protection et respect. Dans un siècle bon nombre de présidents se seront succédé à la tête de notre République, des religions auront disparu d’autres seront peut-être apparues. En l’État actuel la loi de 1905 est notre meilleure garantie pour faire face pacifiquement à toutes ces évolutions.

 

Encore faut-il avoir la volonté de la faire appliquer dans la lettre et dans son esprit.

Please reload

Autres pages

Dominique Paillé, la biographie

1 Oct 2018

1/1
Please reload

Articles récents
Please reload

Archive